Élections municipales 2017 : le plan vélo de l’Équipe Coderre

-Montréal, le vendredi 13 octobre 2017-

Récemment, regroupés avec d’autres formations militantes, nous avons demandé publiquement aux deux partis pouvant prétendre avoir en main les rênes de l’administration de proposer aux électeurs un plan vélo détaillé. L’objectif était de faire en sorte que le débat qui concerne la question du vélo en ville soit circonscrit de manière précise, et que les électeurs soient en mesure de faire un choix éclairé quant au mandat que les candidats demandent, mandat dont les contours se doivent d’être clairement délimités, dans le respect de l’esprit Vision Zéro.

C’est donc dans la poursuite de notre comparatif entre les deux programmes proposés que nous analysons aujourd’hui le plan de l’Équipe Coderre pour le vélo à Montréal.

Dans tous les cas, le design des bandes cyclables sera modifié pour intégrer une zone tampon, de manière à prévenir l’emportiérage, et nous sommes très heureux de constater cette unanimité.

Le plan de l’Équipe Coderre

L’équipe Coderre mise de son côté sur la continuité, tel que mentionné à sa plateforme en note de bas de page. Essentiellement, il s’agit de mettre en œuvre le Plan Cadre vélo de 2016, émis par Ville de Montréal la même année, après l’annonce par M. Coderre de la mise en œuvre de la «politique» Vision Zéro.

Précisons d’emblée que Vision Zéro n’est pas une politique. C’est un esprit, une philosophie, un paradigme dans lequel doit s’articuler une politique visant à en mettre en œuvre les principes sous-jacents. Ce à quoi l’on s’attend, c’est une série de mesures visant à assurer ces principes, à savoir (1) que les collisions sont en principe évitables, (2) que les pouvoirs publics partagent la responsabilité liée aux atteintes découlant de ces collisions, (3) les humains sont faillibles et vulnérables, et (4) le changement apporté doit être considéré dans une globalité et non sur des points particuliers.

C’est ce que ne propose pas l’Équipe Coderre.

On peut trouver dans les propositions de ce parti toute une série de mesures très ponctuelles, mais il est impossible d’en tirer un plan global, complet et intégré pour le vélo en ville, tel que cela nous a sauté aux yeux lors de l’analyse du plan proposé par l’équipe adverse.

C’est le cas, par exemple, de la question de la mise en place d’une véloroute nord-sud, dont une portion aérienne, que l’on ne peut relier à quelque réseau que ce soit de manière à desservir les points de destination, une idée détachée de toute substance urbaine.
C’est aussi le cas de l’augmentation de l’offre de stationnement aux abord des stations de métro et autres pôles de mobilité. Comment cette offre se concrétisera, que sont les pôles de mobilité? C’est ce à quoi répond le Plan de Mobilité de Projet Montréal : on y apprend que les stationnements aux abords des stations de métro et des écoles seront sécurisés, qu’une collaboration entre la STM, les commissions scolaires et la Ville sera entreprise, bref, on comprend l’ambition derrière la mesure, et on sait que la question a été sérieusement réfléchie, ce que ne laisse pas entrevoir la liste de l’Équipe Coderre.

Le Bureau des transports actifs

La pierre angulaire de ce plan est la mise sur pied d’un Bureau des Transports Actifs, ce à quoi nous avons toujours rêvé chez Une porte une Vie.
Nous le souhaitions indépendant, exempt de toute organisation subventionnée et de tout parti politique de manière à ne pas en faire un jouet de pouvoir ou une salle des changes réservée aux offres de service.
Nous souhaitions qu’il soit composé de personnes compétentes en matière d’urbanisme, de sécurité routière et d’aménagement du territoire, afin que soit intégré l’esprit Vision Zéro sur chaque projet, et qu’y soient imposés les espaces réservés aux piétons et cyclistes d’abord (incluant les besoins des personnes handicapées et à mobilité réduite), de manière à modeler la ville en respect du principe de prudence, dans le paradigme Vision Zéro.

C’est d’ailleurs d’actualité ces derniers jours.

Là où le bât blesse, c’est qu’après avoir entendu les responsables du parti tenter d’expliquer le contenu de la mesure, l’on s’aperçoit qu’en fin de compte, il s’agit plutôt de renommer l’ensemble déjà existant, à savoir la Division des Transports Actifs de la ville, le comité vélo et ses sous-comités (par ailleurs confidentiels ou presque).

Pourtant, les électeurs seraient heureux d’apprendre qu’un tel Bureau, remplaçant la structure existante, pourrait avoir des pouvoirs décisionnels, de manière à imposer une représentation équitable du vélo sur l’ensemble du réseau montréalais, suivant l’adage « Build it, and they will come ».
Quels seront les pouvoirs de ce bureau, comment seront nommés les membres le composant, de quelle institution relèvera-t-il, et que deviendra la structure existante?
Voici des questions auxquelles il faudra répondre pour justifier une autre gouvernance, ce à quoi nous avons toujours été favorables, mais sous une forme professionnelle et sérieuse.

En somme, et il nous semble convenable de le survoler autant qu’il survole la question du vélo, le plan proposé par l’Équipe Coderre ne nous semble pas faire preuve de sérieux et de professionnalisme.

Le Plan cadre vélo

Le Plan Cadre vélo est fondé en priorité sur la réalisation de 50 kilomètres par année de « voies cyclables », sans préciser leur forme et leur utilité, ou le choix de design selon les endroits, bien que l’on explique que cela dépend de l’achalandage de la rue en question, ce qui en soit ne veut pas dire grand chose. On parle brièvement de vélorues, sans mesures d’apaisement toutefois, on déclare vouloir atteindre une part modale de 15% pour les déplacements à vélo dans 15 ans, ce qui en soit risque de se faire sans intervention de quiconque, compte tenu de la courbe actuelle du nombre d’usagers à vélo dans la ville.

Puis «Etc…», pour reprendre les termes de la plateforme du parti en question pour ce qui regarde du plan vélo.

Il s’agit d’une série d’idées, auxquelles nous souscrivons par ailleurs, puisque nous les avons déjà évoquées à plusieurs reprises, mais qui ne semble pas être le fruit d’une réflexion sur les moyens de mise en œuvre de ces idées, dans le cadre d’un plan émanant d’une vision globale pour toute la ville.

Il est assez simple, en effet, de s’engager à « analyser l’intégration de mesures relatives au vélo lors de la réfection ou reconstruction d’artères », sans pour autant s’engager à y intégrer le vélo de manière systématique, d’autant plus que bon nombre de ces artères ont déjà été refaites sur le modèle ancien, sauf élargissement de certains trottoirs, ou débarcadères comme ce le deviendra sur la rue Jean-Talon.

D’ailleurs, constatant la réfection de la rue Frontenac sans espace cyclable, la réaction fut surprenante de la part d’un des représentants du parti : il y une voie cyclable sur la rue Fullum. Cela pour montrer que, de toute évidence, l’Équipe Coderre n’a pas vraiment de plan vélo dans le cadre de son programme, et encore moins de propositions qui cadrent dans le paradigme de Vision Zéro; à tout le moins, elle ne semble pas avoir d’ambitions à ce sujet.

Enfin, cela est d’autant plus vrai qu’en examinant le Plan cadre d’un peu plus près, l’on s’aperçoit que, voulant assurer l’accessibilité au centre-ville aux cyclistes, les quelques énoncés ne visent en fait qu’à améliorer l’expérience cycliste au centre-ville, mais pas à offrir une meilleure accessibilité à ce centre pour les personnes qui veulent y aller. Une incohérence preuve de désintérêt pour la question, ou de négligence, mais certainement d’absence de proposition sérieuse.

L’administration sortante avait un atout considérable pour établir un plan global, une vision, des lignes directrices claires à l’égard des électeurs comme des fonctionnaires de la ville, à savoir une connaissance approfondie de la machine municipale et de ses réalités, comme des capacités, compétences et envies de ses fonctionnaires.
Ces derniers ont déjà exprimé le fait que de fonder un échéancier sur un nombre de kilomètres à réaliser chaque année, posait sur leurs épaules une épée de Damoclès, de manière à ce que peindre n’importe quelle voie n’importe où, sans aucune planification et orientation, réalise l’objectif, mais nuit aux usagers.
On s’attendait à du sérieux de la part de cette équipe, et à lire des propositions accompagnées de contenu, de manière à comprendre la vision proposée.

Alors que Vision Zéro appréhende la Ville dans sa globalité, l’Équipe Coderre fait état de discussions de terrasse, d’une liste de points, dont on ne peut saisir l’ensemble, la cohérence ou la rationalité, accompagnée de quelques effets de toge, comme l’idée d’un Vélodrome, ou de projets concernant des événements cyclistes qui n’ont rien à voir avec ce que l’on pourrait appeler un plan destiné à intégrer le vélo comme moyen de transport dans sur l’ensemble de l’île.

Nous ne pouvons, dans le cadre d’un échange autour d’une bière, être contre ce genre de «brainstorm», mais ce n’est pas ce qui en fait un programme électoral.
On se demande d’ailleurs si tout cela ne serait pas une bonne blague, comme certains propos désobligeants à l’égard des citoyens à vélo quant à un aménagement temporaire sur la rue Des Pins : on ne veut pas habituer les cyclistes à utiliser un chemin qui fera l’objet de réfections majeures d’ici 2021…

Compte tenu de sa position dominante, on s’attendait à un travail beaucoup plus sérieux de la part de l’équipe sortante, manque de sérieux qui a par ailleurs été confirmé par la prestation du représentant vélo de ce parti à un débat tenu récemment, incapable d’expliquer quelque mesure que ce soit de ce programme, d’en tirer la substance et de la communiquer au public de façon à démontrer la globalité du plan proposé.

Vision Zéro ne semble pas un paradigme compris, ce serait alors plutôt un élément d’esbroufe ou de pur marketing de la part de l’Équipe Coderre. On espère donc que le jeune poulain nouvellement recruté, Marc-Antoine Desjardins, saura s’intéresser à la question et faire entendre raison à l’ensemble de l’équipe pour un éventuel avenir.

One thought on “Élections municipales 2017 : le plan vélo de l’Équipe Coderre”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *